Elimination de Barça de la LDC : De la remontada à la demontada

L’équipe de la Catalogne a déjoué. Totalement méconnaissable le Barça a concédé une lourde défaite et une défaite historique en quart de finale de la Ligue des champions. Ceux qui n’ont pas vu le match de ce mardi 10 avril ne croiront pas à leurs oreilles.

La Roma, 4ème de la Serie A, a arraché son ticket pour la demie finale de la Ligue des champions devant une équipe de Barcelone presque déjà sacrée champion d’Espagne. Depuis 1984, les Romains n’avaient plus atteint ce stade de la plus prestigieuse coupe d’Europe. Le sort des Italiens était à nouveau scellé depuis que le tirage au sort a placé sur leur chemin l’une des meilleures équipes au monde avec en son sein un messie du football. Le destin fatal de la Roma s’est confirmé avec la défaite en match allé sur un score lourd de 4-1 à Barcelone. Le match de ce 10 avril n’était donc qu’une répétition programmée, une sorte de démo pour un grand d’Europe.

La bonne entame de la Roma

Contrairement au match sur le papier, les Romains vont surprendre sur le terrain, les Barcelonais aussi. Il fallait gagner avec trois buts d’écart sans en encaisser. Un seul but des visiteurs condamnerait les hôtes à en marquer 5. La Roma n’a fait ni plus ni moins que ce qu’il fallait. 3-0. Dzéko dès la 6è minute donne le ton, lui-même qui avait marqué pour son équipe le but à la fois anecdotique mais finalement capitale lors de la défaite 4-1 au Camp Nou.

La saison dernière pour réaliser la remontée face au Paris Saint Germain, les Barcelonais avaient ouvert le score à la 3ème minute de jeu. Le but romain intervient donc dans le bon timing pour donner de l’espoir aussi bien aux joueurs qu’aux supporters d’un stade de 60.000 places entièrement occupées. De Rossi à la 58ème minute et Manolas à 82ème complètent le trio de butteurs qui fait vivre une soirée cauchemardesque à une équipe médusée venue de Barcelone avec déjà la qualification en poche. Une remontada à la romaine ou une « démontatada » barcelonaise qui n’est pas sans rappeler une autre il y a tout juste une année dans la même compétions. Le Barça avait réalisé une extraordinaire remontée de 4 buts face au Paris Saint Germain en huitième de finale de ligue des champions en 2017.

ça c’était il y a un an. Le Barça avait réalisé une extraordinaire remontada aux Parisiens

L’équipe parisienne qui avait infligé un score de quatre buts à zéro à la bande à Messi, au Parc des princes, était passée à la trappe du Camp Nou. Une soirée qui est entrée dans les livres du football mondial par ce score inattendu de 6 buts à 1 pour Barcelone arrachant la qualification dans les toutes dernières secondes du match (deux buts marqués à la 91è et 95è mn). Une année après cette remontada historique, le club de la Catalogne « réussi » une démontada non moins historique. Comme Paris qui était arrivé à Barcelone avec un air d’excès de confiance, Barcelone n’a pas pris au sérieux son adversaire romain. Trop suffisant, les Barcelonais donnaient l’impression de ne pas vouloir jouer. Ils voulaient observer les 90 minutes couler. Dans tous les compartiments, les Romains ont dominé leurs vis-à-vis. Lionel Messi qui a réussi samedi seulement un énième triplet dont un super coup franc en Liga contre Leganes a vendangé deux coups de pieds arrêtés dans ce match décisif de Ligue de champion.

Francesco un entraineur récidiviste

Les Romains eux qui n’avaient rien à perdre ont joué décontractés en prenant souvent même trop de risques, des risques qui ont payé à la fin. L’entraineur Barcelonais, Ernesto Valverde n’avait pas plus d’inspiration que ses joueurs. Ses trois changements effectués même si son équipe a gagné en rythme et en offensive  dans les dix dernières minutes, cela n’a rien changé au score. Valverde tombe là où il ne fallait pas, lui qui vient d’égaler samedi 7 avril le record de 38 matchs sans défaite en Liga. Comme quoi le championnat et les coupes d’Europe sont deux réalités différentes. L’entraineur de la Roma avait déjà battu Valverde par le même score de 3-0 en Ligue Europa (2016) quand les deux entraineurs tenaient respectivement Sassuolo et Atletic Bilbao. C’est donc en « récidiviste » qu’Eusebio Di Francesco a défait Valverde.

Messi et ses coéquipiers, trop surs d’eux mêmes, n’ont pas vu venir.

L’équipe romaine a joué très haut face à un adversaire qu’on sait très offensif et décisif devant les buts adverses. Sans se soucier de défendre dans un système de 3-4-3 au lieu de son 4-3-3 de l’aller, les Romains se sont métamorphosés à l’image de la défense qui a fait preuve d’une grande assurance, maitrise et un sang-froid. La preuve ce sont les petits ballons joués dans la surface, des passes impliquant jusqu’au gardien malgré la présence des renards de surface à la dimension de Suarèz et Messi. L’image de cette remontée c’est ces deux tableaux : De Rossi (38 ème minute) et Manolas (55 ème) auteurs de deux buts contre leur camp à l’aller le 03 avril et une semaine après, De Rossi de sang froid à le 58è minute et Manolas (82ème minute) réalisent deux buts importants de la victoire et de la qualification de la Roma. L’orgueil et la révolte des Romains a triomphé de la suffisance des Barcelonais. Le Barça s’arrête en quart de finale de la Ligue de champion. L’équipe retourne à la maison pour mieux s’occuper de sa Liga.

Liverpool confirme face City

Liverpool ne s’est pas laissé distraire sur le terrain de Manchester City. Malgré un but matinal de City marqué dès la 2è minute par Gabriel Jesus, les reds ont su rester dans le jeu en contenant leurs adversaires. Liverpool a gagné le match par deux buts grâce au ballon d’or africain Salah et Firmino tous deux déjà butteurs lors du match aller 3-0 à domicile. Dans ce derby anglais, City, leader confortable de la Première league a lui aussi rêvé d’une remontada quand il a cru avoir marqué le but du 2-0 par Leroy Sané juste avant la pause (42ème minute). Un but refusé dans des conditions très litigieuses par l’arbitre du match qui n’avait déjà pas la confiance du coach Pep Gardiola. Liverpool (Angleterre) et la Roma (Italie) sont donc les deux premiers qualifiés pour les demies finales. Ce mercredi même 11 avril, sont en jeu les deux dernières places pour le carré d’AS de la ligue des champions. Sous le coup de 18H45 Temps universel, Bayern Munich (Allemagne) recevra Séville (Espagne) et à Madrid, Juventus (Italie) rendra visite au Real (Espagne). A l’aller les Madriléens avaient gagné par 3-0 alors que Séville s’était incliné 1-2 sur son terrain. Suspens ?

Ouoba Boukari

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 8 =