Winnie Madikizela Mandela: L’Afrique perd une combattante de la liberté

Après le procès du palais de Justice de Rivonia et la condamnation à vie de Nelson Mandela en 1963, il a fallu que Winnie Madikizela Mandela soit active pour entretenir l’image et le nom du leader anti-apartheid. On revoit les images de ce couple à la sortie de prison de Madiba le 11 février 1990. La prison et bien d’autres épreuves ont poli la position de l’époux Mandela vis-à-vis de l’oppresseur blanc mais les stigmates de la violence physique et psychologique ont fait que sur beaucoup de points Winnie avait du mal à suivre son conjoint. Son discours s’est radicalisé au moment où le célèbre prisonnier de Robben Island invitait à la tolérance et au vivre ensemble dans une Afrique du Sud multiraciale. Sous la pression du Congrès national Africain (ANC), le candidat naturel de l’ANC à l’élection présidentielle s’est séparé officiellement de Winnie Mandela en 1992 pour ensuite prononcer le divorce en 1996. Winnie pendant les dures années à subi la répression larvée du régime ségrégationniste. Des tortures physiques, les séjours dans les prisons, la clandestinité, l’isolement avec les membres de sa famille et d’autres proches ont été le lot quotidien de cette dame pendant les années apartheid. Comme elle aimait le dire, elle ne doit rien à personne et elle n’a pas de leçons de militantisme à recevoir de quelqu’un. Sa position par-rapport à la gestion de l’Afrique du Sud n’a pas varié. Le ôte-toi que je m’y mette des élites noires et la misère constante des humbles gens dans la communauté noire était dénoncée par celle que les admirateurs appelait la mère de la nation. Ses positions sur les mines et sur les terres étaient proche de Juluis Malema, le leader du parti de gauche radicale qui est un des transfuges de l’ANC. L’ancienne assistante sociale malgré le changement intervenu avec l’avènement de l’ANC au pouvoir n’a pas quitté son fief de township de Soweto. Depuis quelques semaines elle était admise à l’hôpital de Milkpark de Johannesburg. Elle s’est éteinte ce 2 avril à Pretoria à l’âge de 81 ans. Adieu héroïne, les militantes et militants des causes justes s’inspireront de ton courage.

MNZ  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 1 =